L'homosexualité dépénalisé au Gabon

Au Gabon, la dépénalisation de l’homosexualité a été adoptée, lundi 29 juin, par le Sénat gabonais, après des échanges vifs entre élus.


Depuis un amendement du code pénal voté au Sénat gabonais en juillet 2019, l’homosexualité était une "atteinte au mœurs" passible de 6 mois de prison et d’une amende de 5 millions de francs CFA ( soit 7 600 euros environs). La modification de la loi portée par Julien Nkoghe Bekale, le Premier ministre , à peine un an après son adoption, est vécue comme une trahison et une injure par une partie de l’opinion publique. Les opposants affirment que le vote des parlementaires est loin de refléter l'opinion de la majorité des Gabonais.


« Au Gabon, le vote de la dépénalisation de l'homosexualité par les députés passe très mal au niveau de l'opinion gabonaise et les réactions sont très nombreuses partout en Afrique ; il nous semble important de laisser les africains s'exprimer sur ce sujet.» Mélina Seymour

Afrique Première et Africa Mondo Magazine s'associent pour animer Connexions Africaines, une émission proposée et animée par Mélina Seymour, le vendredi 10 juillet 2020, à 19h00, heure de Libreville. Les deux invités semblent farouchement opposés à la dépénalisation de l'homosexualité dans leur pays, il s'agit de Elza-Ritchuelle Boukandou, Co-présidente du parti Pour le Changement (PLC) et Geoffroy Foumboula Libeka, Président de l'ONG Educaf.


Un débat qui sera diffusé en direct par Zoom - Facebook Live à suivre sur plusieurs pages facebook et sites internet : Africa Mondo, Afrique Première...





Posts récents

Voir tout

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© 2020. Afrique Première. Créé par MS